Sept leçons de Steve Jobs sur la recherche d’emploi

steve-jobs-working-travail

Steve Jobs n’a jamais donné de conseils sur la recherche d’emploi.
Parce qu’il n’a jamais cherché de job. Il a en effet toujours créé lui-même ses postes.
Mais la façon dont il a mené sa vie et conduit ses affaires nous livre des idées dans lesquelles tout chercheur d’emploi curieux a intérêt à piocher.

Voici les sept conseils qu’il pourrait nous donner. Juste sept conseils.

1 – Se concentrer sur un objectif

Steve Jobs est le roi de la concentration. Pour lui, le succès n’est atteignable que si l’on se focalise intensément sur son objectif et que l’on évite toute dispersion inutile.
En recherche d’emploi, c’est la même chose. Vous ne pouvez pas poursuivre moult projets de front. Il faut vous concentrer sur un seul objectif professionnel. Pour trouver votre best job, il est essentiel d’avoir une idée précise de ce que vous aimez faire et de ce que vous désirez faire et confronter le job idéal ainsi défini à la réalité du marché, de vos compétences et de votre expérience.
« Il faut découvrir ce que l’on aime. La seule manière de faire du bon travail est d’aimer ce que l’on fait. Si vous n’avez pas encore trouvé, continuez de chercher. Et ne baissez pas les bras jusqu’à ce que vous ayez trouvé. »

2 – Eliminer le gras

Lorsqu’il reprend les commandes d’Apple, le premier réflexe de Steve Jobs et de faire le tri dans les gammes de produits et les projets. Il taille dans le gras pour ne garder que le muscle.
Dans une recherche d’emploi, c’est la même chose. Il vous faut éliminer tout le superflu qui pollue votre action. Nettoyez régulièrement votre agenda de tout ce qui n’est pas lié à votre objectif principal. Méfiez-vous des sollicitations de personnes qui considèrent que vous n’avez rien à faire, que vous avez du temps et qui vont vous charger en tâches inutiles.
«C’est seulement en disant non que nous arrivons à nous concentrer sur ce qui compte vraiment.»

3 – Accepter l’échec et ne jamais se décourager

Steve Jobs s’est fait viré de sa propre entreprise en 1995 par John Sculley. Ce licenciement brutal l’a dévasté. Mais, quelques années plus tard, avec le recul, il a considéré que cet accident de carrière fut la grande chance dans sa vie. Et son retour christique pour ressusciter Apple ne fut possible que grâce à cette traversée du désert.
Une transition de carrière n’est jamais un voyage tranquille. C’est très souvent une longue suite d’échecs. Le doute, l’angoisse, la solitude et les difficultés font partie du parcours. Mais le professionnalisme, l’énergie, la patience et la constance finissent toujours par payer.
« Je suis sûr qu’entre celui qui réussit et les autres, la différence s’explique par moitié par de la pure persévérance. ».

4 – Oser faire la différence

Jeune adolescent, Steve Jobs ose contacter directement Bill Hewlett, le cofondateur de HP pour obtenir des pièces techniques afin de construire un convertisseur de fréquence. Il trouve son numéro dans le bottin téléphonique, appelle et tombe sur Bill Hewlett lui-même. Ils bavardent pendant vingt minutes au téléphone et non seulement le PDG de HP lui fournit les pièces demandées mais il lui trouve également un job d’été dans l’usine où sont fabriqués les fréquencemètres.
En recherche d’emploi et dans l’activation du Réseau, s’il y a des règles à suivre et à connaître, il est essentiel de faire preuve d’audace et de créativité. Il s’agit de faire la différence et sortir du troupeau des candidats clonés. Il faut oser, innover et tester de nouvelles idées.
« J’ai brillé pour une seule raison, c’est parce que les autres étaient des nuls. »

5 – Ne s’entourer que des meilleurs

Steve Jobs n’était pas un gentil garçon. Il avait un sale caractère et n’était pas tendre avec ses collaborateurs. Il considérait que les gens se répartissaient en deux catégories distinctes : les éclairés et les demeurés !
Il disait clairement qu’il ne voulait pas travailler avec des mauvais. Son objectif était d’éviter la « propagation des nuls » autour de lui.
Dans votre recherche d’emploi, suivez son conseil. Entourez-vous des meilleurs. Les meilleurs conseils, les meilleurs outplaceurs, les meilleures associations, les meilleurs camarades de recherche, les meilleurs outils, etc.
« Je préfère être entouré des meilleurs ».

6 – Relier les points entre eux

Quand Steve Jobs raconte comment son parcours universitaire chaotique et inachevé l’a conduit à la création d’Apple, il utilise l’expression connecting the dots. En trois mots, il explique comment il fit des choses de façon intuitive, voire ludique, sans liens entre elles, à la fin, se connectèrent, prirent tout leur sens plus tard et s’avérèrent très utiles pour lancer des innovations de rupture.
Ainsi, networker dans le cadre de sa recherche d’emploi peut sembler inutile, chronophage, sans intérêt. Mais, au bout d’un certain nombre de rendez-vous, la toile d’araignée se tisse, les connexions se font et ce travail de jardinier besogneux permet, in fine, de détecter et de capter le bon job enfoui au plus profond du marché caché.
« L’intuition est très puissante, bien plus puissante que l’intellect, à mon sens. »

7 – Faire de chaque communication une parole impeccable

Steve Jobs a toujours été un grand communicant. Il a le talent des formules chocs. Celles-ci ne sont jamais improvisées, elles sont chez lui le fruit d’une intense réflexion et d’une longue préparation.
Virtuose de la communication, le fondateur d’Apple élève le lancement de produits à une forme d’art. Il considère que les meilleures idées du monde n’ont aucun impact si leur présentation ne passionne pas le public.
En recherche d’emploi, c’est la même chose. Il faut avoir une prise de parole juste, pertinente, simple, dépouillée et captivante. Il faut susciter l’intérêt sur le produit que vous êtes et l’envie de vous acheter/recruter.
« Pour réussir dans n’importe quel secteur, il vous faut une vision extrêmement précise que vous devez être capable de formuler en une seule phrase. Moins il y a de mots, c’est mieux. »

En guise de conclusion.

Steve Jobs a toujours cru en son destin. Il est convaincu que c’est à chaque individu de décider de sa vie et qu’il était dangereux de laisser le volant de sa propre existence à une tierce personne.
Avoir une conviction de ce que vous devez faire est essentiel et doit vous aider à vous protéger des nuisibles qui trouveront toujours un argument pour vous expliquer que votre objectif n’est pas accessible et que votre recherche d’emploi n’aboutira pas.
« Ne soyez pas prisonnier des dogmes qui obligent à vivre en obéissant à la pensée d’autrui. Ne laissez pas le brouhaha extérieur étouffer votre voix intérieure. Ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. L’un et l’autre savent ce que vous voulez réellement devenir. Le reste est secondaire. »

Source : Hervé Bommelaer