Windows Phone 7: J’aime « bien », mais sans plus…

Steve Jobs - dossiers et réflexions sur d'Apple

Soyez attentif, il va se passer quelque chose de nouveau sur SteveJobs.fr: Nous allons défendre Windows Phone 7, un produit Microsoft…

J’aime « bien » Windows Phone 7 !

Ouh lala, je vous entend d’ici…
– Ouuuuuuuh !!!! Rembourseeeeeeez !!!! Ouuuuuuuuh !!!! Vendu à Microsoft !!!!!!!
– Je vous demande de vous arrêter !!!! Je vous demande de vous arrêter !! Avait dit un célèbre homme politique un soir de défaite électorale….

Et bien oui, je vous demande de vous arrêter car, j’aime « bien » Windows Phone 7…… Mais…… Je ne l’achèterais pas !

Voila à peu près un résumé de la situation à laquelle Microsoft est confronté 15 jours après le lancement de Windows Phone 7… Les commentaires, reviews et tests de bloggers et autres journalistes partout sur le web semblent tous s’accorder autour du même constat.
Tous aiment « bien » Windows Phone 7, mais on sait tous ce que « bien » devant le verbe « aimer » signifie.

Les tests des différents modèles de Windows Phone 7 ne sont ni incendiaires, ni tonitruants mais mi figues, mi raisins… Avec des notes de 5.5 à 7 sur 10, personne ne semble réellement satisfait ni insatisfait, et pourtant cet OS est bon. Oui… bon, sans plus, ou au pire pas mauvais…

Ne tirez pas sur l’ambulance:

C’est ce que les acteurs du secteur du petit monde de la mobilité doivent se dire.
Après des tests où l’on sent bien que personne ne souhaite vraiment parler en profondeur de ce qui fâche, cherchant désespérément des excuses pour ne pas paraitre trop « méchant » avec un « malade » en maison de convalescence, les 40’000 exemplaires de WP7 vendus depuis 15 jours maintenant, sont « encourageants » pour les opérateurs… Oui.. « Encourageant »…

Il aurait été qualifié de « débâcle » pour toute autre plateforme mobile de n’avoir vendu que si peu d’exemplaires, mais cela reste « encourageant » s’agissant de Windows Phone 7. Un peu comme si personne ne voulait tirer sur l’ambulance, ou que tout le monde souhaiterait que Microsoft se remette en selle dans la Mobilité.. Tout comme l’impression que donne cet OS de ne pas être mauvais sans être assez bon, il s’agit là d’un demi succès ou d’un demi échec. Au choix.

Tout ce qui se dit de cet OS, tout ce qui en ressort, tout ce qui touche de prêt ou de loin cette plateforme ne cesse de trainer à ne satisfaire quiconque… Il y a pourtant des raisons qui font que nous aimons « bien » cet OS, mais pas assez pour l’acheter. Ces raisons sont multiples et nous allons essayer de les débusquer pour les interpréter.

Back to the Future:

Quand nous assistons aux interventions de Steve Jobs et de Steve Ballmer, même s’ils partagent le même prénom, il est facile de se rendre compte qu’il s’agit de deux personnalités très différentes et même opposées. Leurs carrières semblent en constante opposition, l’un revenant de nulle part fonçant à tout berzingue vers l’avenir et l’autre n’en finissant pas de revenir du passé. Imaginez un peu les différences de visiobs que peuvent engendrer des carrières aussi opposées que celle d’un Steve jobs, « Pirate » au sein de l’entreprise qu’il avait démarrée du garage de la maison familiale, rentrant en résistance face à sa propre créature qu’il ne contrôlait plus, pour s’entendre dire un beau matin: Vous êtes viré !

Et de l’autre, un homme se trouvant par hasard au bon endroit au bon moment, fort d’un succès qu’il ne s’explique pas lui-même, à la fois grâce à l’ignorance et à la bêtise d’IBM et à la crédulité d’un Steve Jobs sans doute trop jeune, que ses deux autres acolytes Bill et Paul, ont utilisés pour jouer au mauvais « Bourvil » dans des publicités ventant leurs produits.

On le voit bien, il n’y a pas vraiment de similitude, et c’est ce qu’il fait, à notre avis, toute la différence, et si Steve Ballmer n’a eu qu’à penser au « Reboot » de sa plateforme Mobile, Steve Jobs bien avant lui, a eu à penser au « Reboot » de toute son existence.
Inutile de préciser que Steve, depuis son « désert » a eu le temps de « penser » à l’avenir, quand l’autre Steve, se demande encore s’il faut qu’il commence à penser à l’avenir, voir à penser tout court.

On l’a bien compris, le succès est une affaire d’hommes, et quand on regarde la situation de l’un et de l’autre, on est à même de penser qu’il y a bien une corrélation entre la vie de ces deux hommes et les décisions qu’ils prennent.

Si Nicolas Sarkozy pourrait être « un problèmes pour la France », il est indéniable que Steve Ballmer est « le problème majeur de Microsoft ».
Plus le temps passe, et plus il fait figure d’un homme qui se retrouverait par hasard à la tête d’une entreprise gigantesque, assis devant une console monumentale bardée de boutons et de manettes, sans trop savoir à quoi tout cela peu bien servir, tel un Homer Simpson au commande de la centrale nucléaire de Monsieur Burns à Springfield… Ohhh Punnaizzze!

Appuyant sur tous les boutons et actionnant toutes les manettes sans trop savoir ce que cela déclenchera, il est déjà responsable à lui tout seul de deux Tchernobyl consécutif: Vista et Windows Mobile/KIN. Pas étonnant que bon nombre des collaborateurs de cette « Centrale » l’aient quitté en courant sans demander leurs restes, il n’aurait pas été étonnant que vous n’en fissiez pas de même…

John Sculley, l’homme qui a « viré » Steve Jobs un beau matin de 1988, a récemment déclaré que cela avait été une erreur monumentale, espérons seulement que le Conseil d’administration de Microsoft ne se rende pas compte trop tard, que de ne pas avoir « viré » Steve Ballmer à temps, avait été une erreur monumentale.

Voila Steve Ballmer rhabillé pour l’hiver me direz-vous, mais quand même… Cet homme est à l’origine des déclarations les plus ridicules, des décisions les plus stupides, et qu’il ne s’en rend même pas compte.
C’est vrai que la situation est risible et il semblerait qu’il y ai trois ans de décalage horaire entre Redmond et Cupertino, car Windows Phone 7 est un très bon système… si nous étions en 2007!

Ce que nous avons appris d’Apple et d’iPhone OS puis iOS c’est qu’il a fallu deux bonnes années à Steve Jobs et ses équipes pour accoucher d’un OS tactile puissant et surtout innovant. Si l’on reprend le calendrier, Microsoft ayant relancé sa machine Mobile en Septembre 2009, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il manque une bonne année de cuisson à Windows Phone 7 pour être du même niveau, serait ce qu’au niveau d’iPhone OS de 2007, ce qu’il n’atteint toujours pas.

Balle de Match !

Steve Jobs en Hyper-Patron, fort de sa propre Hyper-Expérience, à su se renforcer d’un noyau dur d’Hyper-Compétence et d’Hyper-Professionnalisme.
Son état major de choc, articulé autour d’un designer hors pair et d’ingénieurs « géniaux », motivés par une soif de nouveautés, inventent l’avenir de ce que nous n’avons pas encore besoin, tout en nous donnant le besoin vital d’avoir envie de ce que nous n’avons pas forcément besoin…

L’autre Steve, pense à l’inverse que personne n’a forcément de besoins, et qu’il n’est pas encore temps du besoin d’inventer l’avenir car nous n’avons besoin que de ce que nous avons déjà.
(Oui oui, ça a tout son sens, relisez plusieurs fois vous verrez…)

Avec Apple en locomotive, Google en embuscade, RIM, Nokia, HP, Sony et les autres tels des tireurs d’élite prêt à faire feu sur tout ce qui bouge, les actionnaires de Microsoft en gloutons voraces lorgnant sur les gigantesques bénéfices que leurs petits copains Californiens ont empochés depuis 2007 et l’avénement de l’iPhone, ont sommés Steve Ballmer à réagir vite ou ils quitteraient le navire.

Alors quoi faire?

Après trois longues années de dénigrement public, de mise en ridicule de la concurrence, arguant que les utilisateurs des produits Apple (Et les autres), finiront par se rendre compte que les bons vieux produits du passé sont finalement bien mieux, Steve Ballmer à décider de faire ce qu’il a appelé un « Reboot » de sa plateforme Mobile et qu’il entendait tout décider. Ouille ouille ouille!
Il était temps, car les événements lui ont tous données tord, avec un Microsoft à 2,8% de PDM, et propulsés Steve Jobs en Hyper-Génie doublé d’être un Hyper-Prophète.

Les plus expérimentés ayant quittés le navire après la débâcle du KIN très vite enterré et oublié en urgence, place a été faite aux « petits jeunes » et à eux maintenant de démontrer leur talent.
Il fallait donc faire monter une mayonnaise avec une nouvelle recette « différente » de ce qui existait déjà pour afficher un coté « nouveau ». Pas facile!

Si tous les OS Mobile sont basés sur le même principe d’écrans lanceurs d’applications, déjà légions chez les concurrents, le principe de mélanger dans des « Hubs » les différents centres d’intérêts de l’utilisation de base que l’on peut avoir d’un SmartPhone, avait un double intérêt et ne manque pas de bons sens:
Celui de prendre à contre-courant le comportement de tous les autres système, ainsi que de ne pas faire la part belle aux applications qui n’existent pas encore et qui n’existeront pas forcément en nombre suffisant dans un avenir proche.

Cette métaphore de « Hubs », permet également de re-centraliser l’intérêt du SmartPhone non plus sur ce qu’il pourrait faire avec l’ajout d’Applications tierces, mais d’y incorporer un « noyau dur » de ce qui apparait comme indispensable pour un utilisateur qu’il soit « Lambda » ou « Professionnel ».
Place étant faite sur l’écran principal, libre il était pour y afficher à peu prêt tous ce qui se passe dans la vie de son utilisateur.

Et les avis sont partagés.

Si faire l’inverse de tout le monde n’est pas une si mauvaise idée en soit, il n’est pas évident non plus de ré-éduquer tout une myriade d’utilisateurs existants, pour ensuite tenter de convaincre les nouveaux entrant dans le monde du SmartPhone, que faire l’inverse de tous les autres soit une meilleure solution.
Cette solution est à notre avis victime de sa propre vocation. Car, à force de mettre tout partout, et tout avec tout, on fini par ne plus rien retrouver dans une confusion assez difficile à appréhender.

Le principe de base étant établie, il fallait lui donner de la consistance.
Et pour notre part, les « petits jeunes » de chez Microsoft ont bien pensé leur Shmilblick…

Priorité doit être portée sur du concret !!! Alors misons sur sur ce qui « marche »:
Xbox? Ca marche, alors mettons le en avant.
Office? Ca marche alors mettons le en avant aussi….

Ensuite, reprendre ce qui n’a pas forcément marché mais qui existe:
Zune pour la musique, video et MarketPlace et Bing comme centre de recherche.

Ensuite, haro sur le « Social » !
Steve Ballmer qui aime à répéter 36 fois le même mot dans ses apparitions comme:

Developers, Developers, Developers, Developers, Developers, Developers, Developers, Developers….
Ou: Milion and Milion and Milion and Milion and Milion and Milion and Milion and Milion and Milion….
Aurait pu ici dire: Social, Social, Social, Social, Social, Social, Social, Social, Social, Social, Social, Social…

On peut aimer ou pas que FaceBook et Twitter soit dispersés à tous les étages des « Hubs », Images, Messages, Contacts etc… Mélanger carnets d’adresses, email, images de toutes les sources en même temps, peut à la fois faire gagner du temps et en même temps faire perdre un temps fou.
Nous reconnaissons bien là, une certaine ritournelle qui pourrait être la marque de fabrique de ce système, pas mauvais mais pas assez bon, « bien » aimer mais pas assez pour l’acheter, faire gagner du temps tout en en faisant perdre…
Bref, il semblerait que le mélange des genres, des sources et des outils en « Hubs », soit également de mise pour le ressentiment que l’on a de ce système, ainsi que pour la façon que l’on a de l’utiliser.

Le Design?

Je pense que la réponse à la question du design de l’OS, Steve Ballmer a répondu par: Pas le temps !

Le saviez-vous?

A son retour aux manettes en 1998, la première chose que Steve Jobs ait demandé à John Ive pour le Design d’un ordinateur qui devait avoir comme mission que de « rebooter » Apple, (Tiens, ça ne vous rappelle rien?), était qu’on devait pouvoir instantanément reconnaitre cet ordinateur parmi 100 autres d’un seul coup d’oeil ! L’iMac Bondi Blue était né ….

Fort de cette idée, à la fois simple et géniale, Steve Jobs a remis ça en tête de chapitre du cahier des charges de l’iPhone OS / iOS:
Sur un fond noir d’un écran noir entouré de noir, des icônes « Flashy », oranges, vertes, bleues, rouges, blanches et violette, fortes de permettre de les différencier facilement, permettaient surtout qu’on reconnaisse un iPhone des mains de leurs utilisateurs d’un seul coup d’oeil parmi toute une foule en mouvement.
Le tout saupoudré de ce que MacOS et CoreAnimation savent déjà faire excellemment bien, effets visuels 2D et 3D, transparences, dégradés élégamment agencés, souligné d’un Dock « à la MacOS X », ont fini de parachever une interface digne d’incorporer un appareil orné d’une Pomme Mordue…

Cette idée, à été photocopiée en caractère Gras, taille 255 placé en en-tête de tous les mémos traitant de la conception du Design de Windows Phone 7, et puisque « Pas le temps » de faire dans du « Chiadé », faisons d’une interface Ultra-Simpliste un nouveau concept de Design: Et ma Foix, l’idée n’est pas forcément mauvaise, transformer un inconvénient en avantage, et présenter le tout comme un « Design » a part entière était assez astucieux et « audacieux ».
Une fois de plus, notre petite ritournelle du ni / ni vient sonner à nos oreilles. On ne peut ni vraiment « aimer », ni vraiment « détester », et on reconnait bien un Windows Phone 7 à 100 mètres !

Ces aplats mono-chrome aux graphismes filaires, ornés de textes à polices en barres assez grande pour être lisible du plus myope d’entre nous, ne sont-elles pas lassante à la longue? Pour notre part, si l’idée est bonne, je pense que, tout comme le design des iMacs et de MacOS X ainsi que d’iOS se sont grandement « assagis » avec le temps, Microsoft, une fois le besoin de se faire reconnaitre d’entre tous sera passé, reviendra à un peu plus de raison, et modernisera son Design qui se voulait « Moderne », pour lui donner plus de « Modernité »… Vous m’avez compris.

Pas une « Copie », mais une « Carbon Copy »:

A la question, Windows Phone 7 est-il une copie d’iOS et consorts, la réponse est:
Oui, mais une copie carbone…

A croire que les « petits jeunes » de l’équipe Windows Phone 7, ont acheté un iPhone à l’Apple Store du coin et se sont amusé à prendre tous les points d’iOS pour en faire leurs contraires parfaits.

Partout sur les Blogs et les sites High-Tech, on peut y deviner dans les différentes présentations qui y sont faites de Windows Phone 7, une sensation que personne ne souhaite trop tirer sur l’ambulance. Après avoir « matraqué » pendant des mois et des mois sur l’absence de Copier/Coller et de Multi-Taches, qui faisaient des premières versions d’iPhone OS des « sous OS » face à Microsoft et son Windows Mobile 6 et 6.5, les voici aujourd’hui sur le devant de la scène présentant un produit qui se veut « révolutionnaire » dépourvu des deux fonctionnalité à la fois…
Ironie de l’histoire? Non, nous pensons que la ritournelle: « Pas le Temps » est passée par là, et que Microsoft ne voulait en aucun cas manquer la fenêtre de tir du mois de Novembre et les fêtes de Noël approchantes…
Mais, faisons comme tout le monde et contre mauvaise fortune bon coeur et ne tirons pas sur l’ambulance du « patient » Windows Phone 7…

Tout de même… Seulement 40’000 exemplaires vendus en 15 jours… Il y a de quoi s’inquiéter… non?
Devons-nous y voir aussi la calamiteuse campagne de publicité et le message imbécile que Microsoft a choisi pour faire décoller sa fusée a plusieurs « Hubs »?

Réfléchissons une minute:

Imaginer Sony, faisant une Pub se ventant qu’en achetant un de ses écrans plats, vous aurez « Moins » besoin de regarder la télévision pour vivre « Plus » votre vie sociale !….
C’est une bonne représentation du message de Microsoft pour Windows Phone 7…

Avec Windows Phone 7, vous n’aurez plus besoin de passer des heures sur votre téléphone.
Traduction: Windows Phone 7 ne vous permettra plus de faire ce que les autres peuvent faire…

Et oui! Ce message est TROP subtile….
Impossible à être interpréter correctement dans une Pub de 25 secondes, même répétée 25 fois par jours sur toutes les chaines….
L’idée qui se voulait à l’origine, que, grâce à Windows Phone 7, vous pourrez faire les « mêmes » choses qu’avec les autres systèmes, mais de façon tellement plus efficace que vous pourrez « vivre » votre vie est une imbécilité qui devrait, à notre gout, être enseignée dans toutes les écoles de Comm….
Quand nous parlons aujourd’hui de l’émergence d’une nouvelle « addiction » au téléphone portable, et depuis l’iPhone, aux Applications qui se téléchargent par Milliard, ce message est contre productif et, comme à peu prêt tout avec Windows Phone 7, à contre-courant.

Il va aussi à l’encontre de la psychologie humaine, qui veut que l’action « d’acheter », et donc de « payer », doit obligatoirement s’accompagner par des contreparties concrètes:

Pour l’achat d’un voyage, on y attend la contrepartie de « plaisir »…
Pour l’achat d’une voiture, on y attend la contrepartie de facilité, sécurité, économie et pourquoi pas de « plaisir »…
Pour l’achat d’une maison, on y attend la contrepartie de confort, de sociabilité, de sécurité et aussi de « plaisir »…
Pour l’achat d’un ordinateur, on y attend la contrepartie d’efficacité, d’accessibilité, de rapidité, de connectivité et aussi de « plaisir »…
Pour l’achat d’un Smartphone, on y attend la contrepartie d’efficacité, d’accessibilité, de rapidité, de connectivité etc… mais surtout, de pouvoir s’en servir…. Et aussi de « Plaisir »…

Si acheter un nouveau SmartPhone, doit me conduire à moins m’en servir par rapport à un autre, il y a paradoxe entre le message et l’action.

L’action d’achat, induit un « Plus » et que très rarement un « Moins », et bien souvent, on attend d’un nouvel achat, que s’il me permet d’en faire « Moins », qu’il m’en donne « Plus »…
Or Windows Phone 7, de part son retard et ses lacunes, permet certes de s’en servir « Moins », mais en donne aussi « Moins »…

Le message d’en faire « Moins », conduit indéniablement le consommateur à penser qu’il y aura aussi « Moins » de plaisir, car nos SmartPhones nous permettent d’accéder pour la plupart à du « Divertissement » en Mobilité, que ce soit par de la Musique, des Video, des podcasts, des radios, des revues, des livres, des sites internet et même, eMail, FaceBook et Twitter etc…
Même si Windows Phone 7 est capable de faire la plus part de toutes ces taches, le message qui dit « En faire moins pour vivre plus », se traduit par un autre message « En faire moins donc moins de plaisir »…

Sans parler du message négatif »extrême » que ce genre de publicité peut engendrer, comme d’afficher finalement le téléphone qui vous permet de vivre « plus » car il ne « sait » finalement « rien faire »…
Finalement, mieux vaut au pire garder son vieux Nokia, au mieux prendre un FeaturePhone à 1€ venant avec son forfait… Au moins, là, on est sure de vivre « plus » et s’en servir « moins ».

Avec un message publicitaire qui va à l’encontre de toute logique, là aussi, Microsoft à sans doute penser que d’avancer à contre-courant et de faire l’inverse complet de tous les autres était une bonne idée, quand Apple et Motorola en tête, basent leurs messages, pour le premier sur:

L’iPhone fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça, fait ça… Et il y a une Application pour tout faire! …

Et le deuxième:
Là où tout les autres « ne font pas », Droid « fait » (In a World of Doesn’t, Droid Does !)

Le message de Microsoft qui dit: Avec Windows Phone 7 vous vous servirez moins de votre téléphone, pour vivre plus… On sent bien qu’il est difficile de prendre ce message « positivement »….

Conclusion:

Avec une approche à contre-courant, un design à contre-courant, une politique et un message publicitaire à contre-courant, tous les observateurs, dont nous sommes, avons la sensation de devoir ramer à contre-courant pour ne pas nous retrouver à notre point de départ aussi vite que nous avons commencé à apprécier ce « tout nouveau » Windows Phone 7…
Comme vous l’avez compris, tous vient à contre-courant avec Windows Phone 7, il est difficile pour nous de ne par être pris à contre-pied voir à rebrousse-poil….

Nous aimons « bien » Windows Phone 7, mais sans plus, ou plutôt, nous pourrions vivre sans…

Qui vivra verra… Mais le démarrage, ou plutôt, le « redémarrage » est très « poussif » pour Microsoft…

Encore une fois, nous sommes tenté d’utiliser des termes plus « doux » , plus « soft » qu’à l’accoutumé.
Pour d’autres nous aurions utilisé des « gros mots » comme: Calamiteux, Désastreux, Flop, Bide etc… Mais en ce qui concerne Windows Phone 7, il est flagrant que personne ne souhaite vraiment en arriver là…
Peut-être parce que nous savons tous inconsciemment, ce qu’un échec de Windows Phone 7 signifierait pour Microsoft et pour notre petit monde:
Un effondrement pur et simple de cette société que nous côtoyons depuis toujours, et que finalement, personne ne souhaite vraiment un tel tremblement de terre…
Surement, aurions nous préféré un nouveau bras de fer Apple vs. Microsoft « comme au bon vieux temps », en lieu et place de Google venu jouer les troublions dans notre petite gué-guerre qui finalement nous manque, et ainsi, nous aurions pu conserver comme une rassurante continuité ou une sensation d’éternelle jeunesse:

Rien que pour ça, nous aimons « bien » Windows Phone 7…

Nick Hunter pour SteveJobs.fr
San Francisco